Pharmacien : se reconvertir à l’exercice officinal

Après des années en industrie, vous vous apercevez que le conseil en matière de santé vous manque ? Ou bien que le travail en milieu hospitalier ne vous plait plus ? Une reconversion en officine pourrait être ce qui vous convient. Comment s’y prendre et par quoi commencer ? ClubOfficine vous dit tout sur comment se reconvertir à l’officine !

 

La reconversion en officine, pour qui ?

« Je suis chercheur enseignant, thésé de pharmacie filière industrie-recherche, et je souhaite travailler en officine »
« Je suis actuellement pharmacien dans l’industrie et j’envisage une reconversion en officine »

Se reconvertir en officine peut aussi répondre à des aspects personnels tels que la mobilité géographique : retourner dans votre région d’origine par exemple. Nombre de pharmaciens et d’étudiants en pharmacie ayant suivi une autre voie que celle de l’officine s’interrogent un jour ou l’autre sur la possibilité d’exercer le métier historique de la pharmacie : l’officine. La reconversion en officine permet de changer d’environnement de travail et/ou d’envisager une mobilité géographique. Par ailleurs, la possibilité de devenir titulaire de sa propre officine et donc d’être son propre patron pousse aussi beaucoup de pharmaciens auparavant dans l’industrie à se reconvertir en officine.

 

La remise à niveau pour la reconversion à l’officine

Dans l’absolu, aucune réglementation ne peut vous empêcher d’exercer en tant que pharmacien adjoint d’officine. En revanche, vous aurez probablement à mettre à niveau vos connaissances. Deux solutions s’offrent alors à vous :

● Suivre un Diplôme d’Université (DU) de remise à niveau ;
● Se remettre à niveau par la pratique.

Pour trouver un poste de pharmacien, il vous faudra être très transparent avec le pharmacien titulaire sur vos expériences et vos compétences. Rien de mieux que la pratique pour gagner en expérience et en automatisme. Derrière le comptoir, beaucoup de petites tâches sont à exécuter rapidement, parfois en même temps et sans rien oublier.

 

 

Remarque : Même si les compétences industrielles ne sont pas directement transposables à l’officine, dans certains cas cela peut être un atout : un expert en affaires réglementaires pourra mettre en place la démarche qualité à l’officine par exemple.

 

Les DU de remise à niveau à l’officine proposés par les différentes facultés de pharmacie

Voici la liste des facultés de pharmacie proposant des remises à niveau ou des diplômes de préparation à l’exercice en officine.

AmiensPas de formation identifiée
AngersDU Actualisation officinale
BesançonPas de formation identifiée
BordeauxDiplôme d'Université Préparation à la pratique de l'exercice officinal
CaenDiplôme d'université Reconversion et préparation à l'exercice officinal
Châtenay-Malabry / Paris 11D.U. Préparation à l'exercice officinal
Clermont-FerrandPas de formation identifiée
DijonPas de formation identifiée
GrenoblePas de formation identifiée
LilleD.U.E.C. Mise à niveau de la pratique de la pharmacie d'officine
LimogesPas de formation identifiée
LyonDU Réactualisation des connaissances en officine et remise à niveau de la pratique officinale
MarseilleUn projet est en cours pour un nouveau DU de remise à niveau en officine
MontpellierPas de formation identifiée
NancyDU Exercice officinal
NantesPas de formation identifiée
Paris VPas de formation identifiée
PoitiersPas de formation identifiée
ReimsPas de formation identifiée
RennesPas de formation identifiée
RouenPas de formation identifiée
StrasbourgDU Vers une pratique officinale actualisée
ToulousePas de formation identifiée
ToursReconversion à la Pratique de l’Exercice Officinal (DU)

Si vous avez connaissance d’autres formations, contactez-nous afin de mettre à jour ce tableau.

 

Quelques conseils pour commencer sa remise à niveau

Si vous êtes un ancien pharmacien industriel, vous êtes très certainement un excellent gestionnaire, et un bon manager. Mais pour exercer correctement la pharmacie en officine, il vous faut retravailler la théorie des grandes thématiques et retravailler la théorie sur le conseil. Il vous faut donc commencer par faire une mise à niveau de vos connaissances.

 

Astuce numéro 1 – se procurer un livre

Plongez-vous dans le livre “Le conseil à l’officine dans la poche” de Florence Bontemps, un ouvrage faisant le tour des différents cas conseils. En le feuilletant en fin de chaque demi-journée ou journée, vous vous remémorerez les questions que vous avez entendues et pourrez lire 2 ou 3 fois la fiche correspondante dans le livre. En faisant cela chaque jour, vous rattraperez rapidement vos lacunes sur les conseils de base. Ne vous noyez pas pour autant dans tous les sujets, vous devez être capable de trouver l’information rapidement, pas de tout savoir !

 

Astuce numéro 2 – les points à retravailler

Quelques points importants sont à retravailler :

● Les posologies et interactions des produits conseils fréquemment délivrés ;
● Les grands principes et classes thérapeutiques des médicaments que vous délivrez tous les jours ;
● Les interactions médicamenteuses fréquentes ;
● La réglementation : délivrance des stupéfiants, ordonnance d’exception, … ;
● Les analyses d’ordonnance.

 

Astuce numéro 3 – prendre en main le logiciel de gestion d’officine

Il va falloir apprendre à vous servir du Logiciel de Gestion d’Officine (LGO). Il en existe plusieurs et ils disposent tous de raccourcis clavier qu’il faut mémoriser pour qu’ils deviennent des réflexes. Familiarisez-vous avec le LGO : apprenez à créer et mettre à jour le patient, créer le prescripteur, enregistrer et mettre à jour la mutuelle, consulter l’historique de délivrance du patient, facturer, éditer une feuille de soins…

 

 

Astuce numéro 4 – les accès à connaître impérativement

Accès au Vidal

N’hésitez pas à consulter cette base de données pour toute question concernant l’indication, les effets indésirables, les modalités d’administration ou encore les conditions de délivrances d’un traitement (très utile pour les stupéfiants et les médicaments d’exception).

 

Accès à l’historique patient de l’officine et au dossier pharmaceutique

 

Les astuces supplémentaires

Installez l’application Vidal et/ou 360 médic sur votre téléphone (pensez à vous assurer que la base hors ligne est bien téléchargée, cela vous sera utile si vous ne captez pas très bien dans la pharmacie où vous exercez), après vous être assuré que le titulaire est d’accord pour que vous utilisiez votre téléphone.

Pour toute question sur la compatibilité d’un médicament avec la grossesse, ayez le réflexe de consulter le CRAT.

Procurez-vous le “Guide pratique des étudiants en pharmacie” édité par l’ANEPF et actualisé chaque année, qui regroupe toutes les informations à connaître, des conseils et savoirs utiles lors du cursus pharmacie puis sur le terrain (valeurs normales, posologies usuelles et maximales chez l’enfant et l’adulte, certaines pathologies, médicaments courants, …). Pour se procurer ce guide, adressez-vous à une des 24 corpo pharma. Si vous n’êtes plus étudiant, écrivez à redacteur@anepf.org.

Le livret de correspondance Marque/DCI peut aussi être pratique dans la poche de votre blouse ; de nombreux laboratoires génériqueurs en offrent.

 

Pour aller plus loin

Le livre Vidal Recos “185 stratégies thérapeutiques” peut vous permettre de mieux comprendre les prescriptions, mais n’est pas indispensable au début.

Vous pouvez vous abonnez au Moniteur des Pharmacies ou Porphyre (magazine dédié aux préparateurs et plus qu’utile pour le conseil pratico pratique !).

À noter que vos expériences dépendent du “terrain” : selon l’affluence et l’interlocuteur, vous aurez à vous adapter. Rapidité, façon de dialoguer (il vous faudra par exemple vulgariser parfois vos explications), tout cela va s’améliorer au fur et à mesure. Dans tous les cas, rappelez-vous de creuser les sujets qui vous intéressent et qui répondent aux demandes de la patientèle. Le reste viendra avec la pratique.

 

Rappel des conditions d’exercice en officine

Pour le pharmacien adjoint

Pour exercer cette fonction, il n’y a pas de question réglementaire autre que la détention du Diplôme d’État de docteur en pharmacie.

 

Pour être pharmacien titulaire ou pour le remplacer

Pour rappel, l’article L5125-9 du Code de la Santé Publique fixe les conditions d’exercice en officine. Ainsi le pharmacien devra justifier d’un exercice officinal d’au moins 6 mois pour :

● Être titulaire (section A de l’ordre) d’une officine de pharmacie ouverte au public ;
● Accéder à la gérance d’une pharmacie après décès ;
● Gérer une pharmacie mutualiste ou de secours minière.

L’exercice en tant que salarié au sein d’une officine est alors pris en compte comme équivalant au stage de 6 mois de fin d’étude pour la filière officine. Il n’est donc pas nécessaire de passer par le stage, peu rémunérateur. Ce point donne souvent lieu à une confusion : les pharmaciens souhaitant se reconvertir en officine pensent être obligés de faire un stage de 6 mois, alors qu’il n’en est rien.

 

 

Vous en savez maintenant davantage sur la reconversion en officine. Vos nombreux atouts (expériences, connaissances) doivent simplement être transformés, mais avec un peu de lecture, beaucoup de volonté et quelques semaines d’immersion totale, vous serez bientôt prêt à prendre les rênes d’une pharmacie vous-même.

 
À lire aussi :

Les métiers de la pharmacie
Les études de pharmacie
Les salaires en pharmacie d’officine
La Convention collective de la Pharmacie d’officine et le Droit du travail en pharmacie
L’exercice de la pharmacie

 

Si vous avez connaissance d’autres détails ou si vous souhaitez que nous abordions d’autres sujets,
contactez-nous.

error: Contenu protegé